Relancer une candidature restée sans réponse

Sommaire

Vous avez bien préparé votre recherche d’emploi, peaufiné votre CV , mis à jour votre profil LinkedIn, envoyé vos candidatures, passé avec brio votre premier entretien : on vous a promis de vous tenir au courant sous quelques jours, et pourtant… c’est le calme plat.
Que faire ? Relancer au risque de paraître « aux abois » ou ne pas relancer au risque de ne pas paraître intéressé par le poste ?
En réalité, cette initiative est une partie intégrante de votre parcours. Et si elle est bien faite, elle témoigne de votre motivation à obtenir le poste et vous permettra d’augmenter vos chances de succès.

Pensez à remercier...

Même si vous êtes impatient de savoir si vous êtes retenu pour le poste, ne relancez pas le recruteur immédiatement après l’entretien. Ce dernier, pour lequel le recrutement représente aussi un enjeu important, a droit à un délai de réflexion. Il se peut, en outre, que la décision nécessite l’accord de plusieurs membres de l’entreprise, ce qui peut allonger les délais.
Enfin, en recherche active de poste, vous pouvez être intéressé par d’autres propositions et ne pas attendre cette unique réponse.
En revanche, un mail de remerciement peut être particulièrement apprécié et vous permettra d’ajouter si besoin des éléments auxquels vous n’avez pas pensé lors de l’entretien. Alors, n’hésitez pas !
Mail bref de remerciement ou plus nourri avec des précisions, celui-ci fera toujours bon effet.

... Et à relancer formellement si besoin

Les délais de relance peuvent varier en fonction de la taille et du type de structures des entreprises. Dans une grande entreprise par exemple, les processus décisionnels sont souvent plus longs que dans une start-up où la ligne hiérarchique est plus courte. Dans le premier cas, attendez au moins dix jours à deux semaines avant de relancer. Pour une plus petite structure ou une startup, vous pouvez écrire à partir de la semaine suivant votre entretien.

Et si vous n’avez toujours pas de réponse, envoyez un nouveau mail la semaine qui suit, puis un par semaine les 2 autres semaines suivantes.
Nous vous préconisons la relance par mail, moins intrusive pour le recruteur et peut-être moins intimidante pour le candidat.
Si vous vous sentez à l’aise pour relancer par téléphone, n’hésitez pas à le faire… et pensez à bien préparer votre message si vous « atterrissez » sur la boîte vocale de votre interlocuteur !

Si vous optez pour l’email : Prenez soin à la rédaction de celui-ci

  • Commencez toujours par une formule de politesse : « bonjour monsieur » ou « chère madame »
  • Enoncez poliment les raisons de votre relance « je me permets aujourd’hui de vous contacter à la suite de notre rencontre du *date* »
  • Insistez sur votre souhait d’obtenir le poste afin de positiver la réponse de votre interlocuteur « je réitère auprès de vous mon souhait de / je vous redis tout mon intérêt pour … »

Si vous optez pour le téléphone : Montrez-vous convaincant

  • Faites toujours suivre votre bonjour de madame / monsieur, ou du prénom de la personne si celle-ci vous a autorisé à l’utiliser lors du 1e entretien
  • Commencez par rappeler distinctement vos prénom et nom, puis les références du poste
  • Optez pour une attitude positive : « je vous contacte pour savoir si vous avez pris une décision concernant ma candidature »
  • Restez poli.
Enfin, petite astuce : Restez mobilisé.
Même si vous êtes très intéressé par le poste proposé, restez en alerte et actif sur les réseaux sociaux. Le recruteur pourra constater que vous restez disponible sur le marché et que vous pouvez « lui échapper ». Cela peut vous aider à le faire réagir, le cas échéant !